2e tour présidentielle 2017 : les réponses des 2 candidats aux questions de l'Apel

Apel mercredi 26 avril 2017 Retourner à la liste d'actualités

A l'occasion de l'élection présidentielle, Famille & éducation a interrogé Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour connaître leurs réponses aux propositions formulées par l'Apel ainsi que les principaux points de leur programme concernant l'éducation.


LES RÉPONSES DE MARINE LE PEN

 

Autonomie

Je suis extrêmement attachée aux services publics, particulièrement à celui d’éducation. Or pour que les services publics accomplissent leurs missions, il est essentiel qu’ils soient administrés à partir d’un centre, l’État stratège, et que ses agents aient le statut de fonctionnaires d’État. C’est pourquoi, je suis opposée à une plus grande autonomie des établissements scolaires. Ce n’est pas en effet au niveau des établissements que doit s’opérer le recrutement des enseignants, mais par le biais de concours nationaux. Et ce n’est pas non plus à ce niveau que doivent être décidés les contenus enseignés ou les orientations pédagogiques, mais par des directives et des programmes nationaux. C’est enfin à une instance interne à l’Éducation nationale, où les enseignants de terrain seront pleinement représentés, qu’il appartiendra d’évaluer les effets de la politique scolaire conduite.

Réussite de tous

C’est en amont des difficultés que les fondamentaux doivent être transmis, priorité absolue de l’école primaire. Pour que tous les enfants progressent normalement dans les apprentissages, selon ce qui est exigible au niveau supérieur, il faudra renouer avec le redoublement. Enfin, et je m’y suis engagée, le collège unique devra céder la place à un collège permettant des pré-orientations, vers la voie professionnelle en particulier, en privilégiant les dispositifs d’alternance.

Formation des enseignants

Je veux une école fondée sur la transmission du savoir et sur l’autorité des enseignants. D’où l’impératif de revaloriser, notamment financièrement, leur fonction et leurs carrières, la contrepartie étant qu’ils remplissent leurs missions d’instruction. Aussi, je ne fais nullement de l’allongement de leur temps de présence une condition de cette revalorisation, qui ne doit d’ailleurs pas servir de prétexte à la diversification de leurs missions. Encore une fois, la mission d’un enseignant est d’enseigner ! Quant aux formations au numérique, aux stages en entreprise ou à l’étranger, ce sont des appuis utiles à la formation de nos jeunes, mais je le rappelle, priorité à la transmission des savoirs fondamentaux.

Téléchargez le programme et les réponses de Marine Le Pen

> Pour en savoir + : www.marine2017.fr

 

LES RÉPONSES D'EMMANUEL MACRON

 

Autonomie

Les chefs d’établissement disposent de trop faibles marges de manœuvre pour individualiser les parcours et adapter les enseignements à leurs élèves. Nous proposons que les programmes et les horaires consacrés à chaque discipline restent définis nationalement mais, par exemple au collège, que 20 % des heures soient véritablement rendues. Dès la rentrée scolaire 2018-2019, nous souhaitons rendre possible l’expérimentation d’une part d’autonomie de recrutement pour des établissements pilotes – volontaires –, principalement en éducation prioritaire. Tous les trois ans, chaque collège et chaque lycée bénéficiera d’un diagnostic qui embrassera l’ensemble de ses missions (enseignement, résultats et progrès des élèves, projets pédagogiques, infrastructures, etc.). Il mobilisera l’équipe de direction, conduite par le chef d’établissement, véritable chef de file du diagnostic de son établissement et responsable de la mise en œuvre des recommandations, et l’équipe pédagogique. Les parents et les élèves seront également consultés.

Réussite de tous

Nous introduirons, au début de chaque année, des bilans personnalisés, de la grande section à la troisième, pour mesurer les progrès de chaque élève, afin que les enseignants puissent choisir les meilleurs outils pour un enseignement adapté aux besoins de chacun. Nous développerons des supports numériques et des applications adaptées pour faire évoluer les pratiques pédagogiques et les enseignants seront formés à cette fin. Nous proposerons un accompagnement après la classe pour tous les écoliers et les collégiens ; nous diviserons par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+. Les enseignants, du premier et du second degré, qui exercent en REP+ seront mieux accompagnés et recevront une prime annuelle supplémentaire de 3 000 euros net. Par ailleurs, nous n’affecterons plus aucun professeur (hors choix motivé) en zone prioritaire pendant ses 3 premières années d’enseignement. Nous lutterons contre la déperdition des savoirs scolaires en proposant des stages de remise à niveau, en fin d’été, entre le CP et la 3e. Ils seront assurés par des enseignants volontaires, qui seront rémunérés à ce titre.

Formation des enseignants

La qualité de l’enseignement prend appui sur les avancées de la recherche. Un effort important doit donc être entrepris pour le développement de la recherche en sciences cognitives, ainsi qu’en sciences et en économie de l’éducation. La recherche doit irriguer bien davantage la formation initiale et continue des enseignants. Celle-ci sera caractérisée par l’excellence académique et par la présence de praticiens, qui continuent à enseigner tout en assurant le suivi des jeunes collègues. Nous étendrons la formation en alternance dès la licence pour les étudiants qui se destinent aux métiers de l’enseignement. Et, chaque année, tout enseignant, du premier comme du second degré, bénéficiera d’au moins trois jours de formation continue adaptée aux besoins rencontrés dans sa classe – identifiés notamment grâce aux bilans personnalisés effectués par chaque élève en début d’année.

Il est essentiel d’orienter la carrière des enseignants grâce à un dialogue nourri et régulier – on ne peut se satisfaire d’un échange tous les sept ans, comme c’est le cas actuellement ! Le suivi de la carrière des enseignants doit être repensé et davantage individualisé.

Téléchargez le programme et les réponses d'Emmanuel Macron

> Pour en savoir + : https://en-marche.fr/