Supprimer le redoublement. Pourquoi ? Quelles alternatives

En décembre 2012, l'Apel a organisé un petit-déjeuner-débat sur le thème du redoublement. Trois chefs d'établissement ont partagé les alternatives au redoublement qu'ils ont mises en place dans leurs établissements.

Caroline Saliou

Le débat s'est ouvert par le rappel de ce chiffre : 38% des jeunes âgés de 15 ans ont déjà redoublé dans leur scolarité. L'Apel soutient depuis longtemps l'idée que 
la suppression du redoublement serait une mesure bénéfique pour les élèves. Caroline Saliou, présidente nationale de l'Apel l'a rappelé : " Les alternatives sont possibles, d'ailleurs elles se vivent déjà sur le terrain grâce à des équipes motivées. "

Les mesures proposées par l’Apel pour supprimer le redoublement

  • Une formation complémentaire des enseignants pour mieux identifier les difficultés des élèves.
  • Un lien plus étroit avec les familles pour trouver les solutions adaptées. Ce lien doit avoir lieu dès le 1er trimestre.
  • Un accompagnement personnalisé des élèves en difficulté tout au long de l'année.
  • Un aménagement du temps scolaire pour tenir compte du rythme de chaque enfant.

L'Apel rappelle que le coût du redoublement en France, estimé à 2 milliards d'euros, pourrait financer ces mesures.

Les alternatives déjà mises en places dans l’Enseignement catholique

A l'école Notre-Dame, à Saint-Pierre-la-Cour (53) l'organisation pédagogique de l'école est atypique : il n'y a plus de niveaux de classes. L'école fonctionne par cycles. Le primaire en compte 3: le cycle 1 (petite et moyenne section de maternelle), le cycle 2 (grande section de maternelle, CP et CE1) et le cycle 3 (CE2, CM1 et CM2).
Les élèves sont dans des classes multi-âges qui regroupent les élèves d'un même cycle. Ils gardent donc le même enseignant pendant 2 ou 3 ans. Les élèves ne redoublent plus, mais ils peuvent être maintenus dans un cycle si leurs acquis ne sont pas suffisants.
A l'inverse, les élèves peuvent passer en cycle supérieur, même en cours d'année, si les compétences du cycle sont atteintes.

Au collège Notre-Dame Saint Joseph, à Epinal, (88), on laisse respirer les élèves. Ceux qui présentent des difficultés en fin de 6e peuvent intégrer une classe " oxygène. Les élèves de cette classe bénéficient de techniques pédagogiques innovantes : gestion mentale (selon les recherches d'Antoine de la Garanderie), suivi personnalisé, tutorat, aide aux devoirs.
La finalité de cette classe est de revoir, à son rythme, les bases non acquises. Le programme se focalise sur les mathématiques, le français, l'histoire-géographie et les langues vivantes. A la fin de la classe oxygène, l'élève aura le choix de passer en 5e générale ou en 4e d'orientation.

Dans l'établissement Saint-Vincent de Paul, situé dans le 13e arrondissement de Paris, l'équipe éducative a mis en place des " conseils d'harmonisations ". Les redoublements décidés par les conseils de classe sont revus au " cas par cas " en conseil d'harmonisation. Il s'agit " d'être le plus juste possible ", en tenant compte du dossier scolaire de l'élève depuis sa maternelle. Le redoublement est finalement décidé seulement si le jeune et ses deux parents adhèrent au projet.

Liens utiles

Ensemble scolaire Notre-Dame

Groupe scolaire Notre-Dame Saint-Joseph

Groupe scolaire Saint-Vincent de Paul

Le redoublement vu par les parents et les enseignants

  • 42 % des enseignants reconnaissent que le redoublement n'aide pas vraiment un élève en difficulté ;
  • 77% des parents pensent que le redoublement pourrait être remplacé par d'autres mesures plus adaptées, comme l'accompagnement personnalisé pour les enfants en difficulté ;
  • 52 % des parents et 51 % des enseignants sont favorables à la création de classes de rattrapage avec des enseignement spécialement formés.

(Sondage Apel-Opinion Way - novembre 2012)

Documents à télécharger

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires