Ce qui est déjà engagé

Le recrutement et le nombre d’enseignants

Ce que la loi prévoit

Priorité accordée à l’école primaire : création de 60 000 postes d’ici à 2017, création du dispositif “plus de maîtres que de classes” (PDM). Ce dispositif doit d’abord être mis en place dans les réseaux d’éducation prioritaires (REP). Son principe : la présence d’un enseignant PDM qui intervient auprès d’élèves de différentes classes pour des difficultés ponctuelles. Un dispositif qui doit permettre un suivi plus individualisé des élèves et enrayer l’échec scolaire.

Ce qui est en place

> En ce qui concerne le recrutement des enseignants, le compte n’y est pas. Principale cause : la difficulté de recruter pour ce métier. En 2015, plus de 1 000 postes mis au budget n’ont pas pu être créés. Ainsi, au concours externe de recrutement de professeurs des écoles 2015, 10 822 candidats ont été admis pour 11 122 postes. Dans le secondaire, 23 % des postes n’ont pas été pourvus.

Le dispositif “plus de maîtres que de classes” devait concerner 7 000 des 60 000 postes créés en 5 ans. À la rentrée 2014, il y avait 1 848 emplois affectés à ce dispositif (500 de plus qu’à la rentrée 2013).

Les effectifs d’enseignants dans l’Enseignement catholique : 130 418 (avec une très légère augmentation pour l’année 2013). Par ailleurs, l’Enseignement catholique mène une politique volontariste pour la réussite de tous les élèves, cela se traduit par la création d’emplois d’enseignants dans le cadre du Plan Égalité des chances : + 40 % de création d’emplois depuis 2008.

 

La scolarisation des enfants de moins de 3 ans

Ce que la loi prévoit

Le développement de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, surtout dans les REP (réseaux d’éducation prioritaire).

Ce qui est en place

> Le pourcentage d’enfants de moins de 3 ans scolarisés reste stable, autour de 11,7 %. Un chiffre plus important, 20,6 % dans certains quartiers en difficulté ou zones rurales. Dans l’Enseignement catholique, en 2014-2015, 22 114 enfants de 2 ans ont été accueillis en maternelle, soit 87 élèves de plus que l’année précédente.

 

La refonte du socle commun de compétences et de connaissances

Ce que la loi prévoit

L’établissement d’un nouveau socle commun de compétences et de connaissances d’où découlera de nouveaux programmes, et la création du Conseil supérieur des programmes (CSP).

Ce qui est en place

> Le CSP est à l’ouvrage depuis le 10 octobre 2013 sur l’élaboration d’un nouveau socle de compétences et de connaissances pour la scolarité obligatoire. En découlent de nouveaux programmes qui entreront en vigueur avec un an de retard sur le planning initial, à la rentrée 2016, pour tous, sauf pour la maternelle où les nouveaux programmes s’appliquent dès cette rentrée.

> Dans le cadre de la refonte du socle commun de compétences et de connaissances, de nouveaux enseignements sont introduits, comme l’enseignement moral et civique, le parcours d’éducation artistique et culturel, l’éducation à l’environnement à dimension pluridisciplinaire, l’éducation au numérique... Les programmes d’enseignement moral et civique entrent en vigueur dès cette rentrée pour tous les cycles de la scolarité obligatoire. Le Secrétariat général de l’Enseignement catholique (Sgec) a publié dès avril 2015 un document intitulé “Enseignement moral et civique – Contribution de l’École catholique”.

> Les nouveaux cycles scolaires comptent à chaque fois trois ans. Le cycle 1 comprend les trois années de maternelle. Le cycle 2 va du CP au CE2, le cycle 3 du CM1 à la 6e, et le cycle 4 de la 5e à la 3e.

 

 

Refondation : où en sommes-nous ?