Comment et quand en parler avec ses enfants ?

Les conseils de Maëlle Challan-Belval

Conseillère conjugale, spécialisée en éducation affective et sexuelle

- En discutant en couple sur le sujet : qu’ai-je reçu comme éducation à la sexualité ? Qu’est-ce qui m’a servi ? Qu’est-ce qui m’a manqué ? Qu’est-ce que je voudrais transmettre ?

- En racontant à votre enfant son histoire, celle de votre famille, et plus tard en racontant à votre adolescent certains de vos choix de vie.

- En alternant des moments privilégiés : père-fils, père-fille, mère-fils, mère-fille. Appel spécial aux pères : osez une parole sur l’amour et la sexualité, les jeunes me disent qu’ils ont besoin de vous !

Quand aborder le sujet ?

- Le plus tôt possible et à chaque âge : dès 2-3 ans en nommant les parties du corps de l’enfant ; vers 4-5 ans en écoutant ses « grandes questions » ; vers 6-9 ans, en accompagnant sa curiosité intellectuelle…

- Au fil des événements heureux de la vie : invitation à un mariage, grossesse d’une amie, premier rasoir du grand frère, toilette ou baignades, achat d’une tenue festive…

- En mettant des mots sur des événements plus douloureux : séparations de couples, crise d’adolescence, disputes à l’école, vidéos ou films choquants, complexes physiques…

L’éducation à la sexualité n’est pas une corvée. C’est une opportunité !

- A vous de commencer : votre enfant sentira que parler de relations amoureuses et de sexualité, c’est possible à la maison !

- Plutôt que de vous demander « qu’est-ce que je DOIS lui dire », demandez-vous « qu’est-ce que je VEUX lui dire, qu’est-ce qui est IMPORTANT pour moi sur le corps, l’amour, la sexualité ? »

- L’éducation à la sexualité n’a pas pour finalité le sexe, c’est une éducation… à la vie !

> Pour en savoir + : www.comitys.com

Il est important d’apprendre aux enfants à distinguer les différentes formes d’amour. L’amitié, l’amour inconditionnel des parents, l’amour Eros qui va apparaître à l’adolescence et qui peut conduire à des engagements pour la vie… Cet amour là pose la question du consentement et la nécessité de bien réfléchir en son for intérieur : « En ai-je bien envie, est-ce conforme à mon éthique, mes convictions, mon projet de vie ? » D’autre part, à une époque où l’extimité (1) est très forte, il est important également de rappeler la pudeur aux jeunes en famille et à l’école.
(1) Désir de rendre visible certains aspects de soi relevant de l’intimité. »

Marie-Odile Plançon , Chargée de mission au sein du département éducation du Sgec