Booster son CV, nos conseils

Les jeunes qui débutent dans la vie active se retrouvent souvent assez démunis lorsqu’il faut rédiger un CV : pas assez de choses à y mettre. Nos conseils pour avoir des expériences à mettre dans un CV.

Multiplier les occasions de développer des projets

En classe, chez les scouts, dans un club sportif… qui permettront aux jeunes d’apprendre à agir de manière ajustée. De raisonner en termes d’objectifs, de moyens, de résultats, ce qui est proche de ce qu’on leur demandera plus tard en entreprise. Faire du théâtre est aussi un excellent moyen d’apprendre à bien maîtriser son expression orale, à se positionner par rapport à un public, à prendre confiance en soi.

L’apprentissage est aussi un atout

C’est une formule très exigeante, qui demande aux jeunes d’être bien organisés et d’avoir une forte capacité de travail, mais qui permet de gagner en maturité et en aisance dans l’entreprise. Les jeunes apprennent à être pertinents et pragmatiques. Ils bénéficient, dans la plupart des cas, d’un bon accompagnement qui leur apporte la confiance dont ils ont besoin. Pour le jeune, cela équivaut souvent à une pré embauche. 

Les qualités personnelles que les employeurs apprécient

Être positif, endurant, avoir la capacité de rebondir face à l’échec ou à la frustration, être capable de s’adapter au changement, être créatif, innovant.

La patience (le jeune n’atteindra pas forcément tout de suite le poste pour lequel il pense avoir les compétences). Le discernement : marquer la bonne distance, éviter les conflits qui pourraient ternir un CV, savoir demander sereinement des explications à sa hiérarchie. La disponibilité en s’impliquant dans son travail sans compter ses heures.

Décrocher un emploi

Ne visez pas d’office le CDI 

Pour mettre le pied à l’étrier et apprivoiser le monde de l’entreprise, toutes les expériences sont bonnes à suivre : les stages (y compris stages ouvriers), les jobs d’été, les missions d’intérim… Ce sont des occasions de se faire connaître et de valoriser son CV. Il ne faut pas hésiter non plus, sans se laisser enfermer, à accepter des emplois en deçà de son niveau de diplôme ou demandant un investissement important : un futur employeur retiendra de ces expériences la volonté du candidat de se battre pour décrocher un emploi. Les contrats aidés, pourquoi pas, car c’est toujours mieux de justifier d’un temps où l’on a travaillé plutôt que d’une absence d’activité.

 

Faire escale à l'étranger

Partir à l’étranger, pendant ou après ses études est également un réel atout. Maîtrise de langues étrangères, expériences différentes et carnet d’adresses… sont autant de plus que l’on peut apporter à l’entreprise. 

 

Sylvie Bocquet, en collaboration avec  Isabelle Wackenheim,consultante en management et Jean-Marc Petit, en charge de l’orientation et la formation professionnelle, au SGEC, délégué général Rénasup.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires