Le numérique en classe, pour quoi faire ?

Les outils numériques peuvent transformer les apprentissages. Dans les établissements de l'Enseignement catholique, de nombreux professeurs se sont déjà emparés des possibilités que les nouveaux outils, comme la tablette numérique, le tableau blanc interactif (TBI)... offrent.

 

Le laboratoire numérique de langue

Le collège du Sacré-Cœur, à Thonon-les-Bains (74), possède un logiciel de laboratoire numérique de langues. Fini l'antique magnétophone à bandes, remplacé par 32 ordinateurs, un pour chaque collégien, installés en réseau, sont un excellent moyen, selon le directeur, Olivier Rosset, " d'individualiser les apprentissages " et de répondre au cadre européen de référence, qui met l'accent sur la compréhension et l'expression orale. Les professeurs de langue proposent aux élèves des exercices qui portent sur des situations réelles, à partir de documents authentiques. Le bénéfice de cet outil est indéniable. " Les jeunes progressent à leur rythme. Ils ont fait énormément de progrès, surtout à l'oral ".

Apprendre l’anglais grâce à son téléphone portable

" Dans quelques années, vous sanctionnerez vos enfants parce qu'ils auront oublié d'apporter leur téléphone portable en classe ", prévient avec humour Michel Larrory, chef d'établissement de l'ensemble scolaire Jean-XXIII, à Montigny-les-Metz (57). Le téléphone portable semble bien avoir des vertus pédagogiques : l'élève peut s'enregistrer, seul ou avec ses camarades. Son professeur peut alors évaluer la qualité de la prestation orale de tous les élèves de sa classe, et pas seulement de ceux qui participent en classe.

Le TBI (tableau blanc interactif) pour des cours plus vivants

Travail sur les mots et les lettres pour les plus petits, courts films scientifiques réalisés par les plus grands... Grâce au TBI, les enseignants gagnent du temps et les mises en application en classe sont immédiates. " Je trouve aussi que les échanges avec les élèves sont plus nombreux : on apprend ensemble ", explique Florence Migeon, enseignante à l'école Jeanne-de-Lys, à Nancy (54).

Même expérience à l'école Sainte-Catherine, à La Flotte en Ré (17), où, livré avec un logiciel, le nouveau TBI propose des jeux et des exercices dans toutes les matières. " Les élèves ont été immédiatement très motivés, constate Charlotte Cousseau, enseignante en CP/CE1. Il ne s'agit pas de supprimer le travail écrit, mais cela nous permet d'accéder à des ressources que nous n'avions pas auparavant, comme en musique par exemple ".

95 % des enseignants pensent que les cours sont plus attractifs grâce au numérique. Colloque Miscrosoft " Quelle école pour demain ? ", avril 2012.

Sur la tablette numérique, la leçon est à portée de clic

Tous les élèves, du primaire au lycée s'approprient rapidement la nouvelle façon de travailler en classe avec les tablettes numériques : plus d'interactivité avec les professeurs, plus de motivation pour faire les exercices et plus d'aide pour les élèves en difficulté. " On n'a pas complètement abandonné le papier, les élèves ont toujours des cahiers, explique Karine Akpah, professeur de français/latin, au collège Saint-Charles, à Vienne (38). En revanche, ils ont presque tous leurs manuels sur la tablette. On s'en sert également pour faire des recherches et pour tester leurs connaissances avec les applications de QCM. Les élèves voient instantanément leur pourcentage de réussite et ils en redemandent ! ".


La tablette numérique : un outil qui booste les cours

Au collège la Malassise, à Saint-Omer (62), Sébastien Verbert, professeur de SVT (sciences de la vie et de la Terre), fait ses cours avec des tabletttes numériques. Des outils qui offrent de nombreuses possibilités.
Cela commence dans la classe avec la question " Que deviennent les feuilles qui sont tombées à l'automne dernier ? " Les élèves émettent d'abord des hypothèses, qui sont projetées via un retroprojecteur sur le tableau blanc. Puis, les élèves partent en exploration à l'extérieur de la classe, munis de leur tablette pour trouver des éléments de réponse. Grâce à la tablette, ils prennent des photos, font des vidéos, notent leurs impressions. De retour en classe, il leur est très facile de préparer un dossier avec tous ces éléments multimédia !
Mais la tablette permet aussi de rassembler dans un seul et même outil de nombreux documents et les manuels scolaires !


L’ENT (espace numérique de travail) pour un dialogue constructif entre l’école et les familles

En septembre 2013, le lycée Briacé, à Le Landreau (44), a intégralement équipé chacun de ses 660 élèves ainsi que chacun des enseignants d'un IPad. " Les jeunes ont de nouveaux rapports aux apprentissages dont il faut tenir compte, explique Pascal Souyris, le chef d'établissement. Il est également indispensable de bien maîtriser ces outils pour s'insérer plus facilement dans le monde professionnel. " Depuis quelques mois, les élèves et les étudiants en BTS travaillent quotidiennement avec ce cartable 2.0 pour accéder à l'ENT (espace numérique de travail) du lycée, aux manuels numériques et à certaines applications, ainsi qu'aux contenus élaborés par l'équipe pédagogique, disponibles sur la plate-forme iTunes U (la plate-forme de contenus éducatifs gratuits d'Apple). Pour accompagner les élèves dans ce changement, le lycée a mis en place un véritable plan de formation pour apprendre à utiliser un agenda, stocker et partager des informations, envoyer un mail... " Leur accès à l'information a changé. J'en vois beaucoup qui lisent les quotidiens sur leurs tablettes, alors qu'ils n'ouvraient pas un journal auparavant ", remarque le chef d'établissement.


Innover et motiver les élèves

Les outils numériques et de communication permettent en classe aux enseignants d'innover et de mettre en place des pédagogies nouvelles pour améliorer les acquis des élèves. Lorsque Jean-Roch Masson, enseignant en CP, à l'école La Providence, à Dunkerque (59), a commencé à utiliser Twitter en classe pour favoriser l'apprentissage de la lecture, il y plus de deux ans, il faisait figure d'ovni et certains étaient sceptiques. Mais l'expérience a porté ses fruits, comme en témoignent ces deux mamans.

« Mon appréhension s’est vite envolée »

Katy, mère de Vincent, en CP

" Quand j'ai entendu parler de ce projet, j'ai éprouvé un peu d'appréhension, je n'avais qu'une vague idée de ce que pouvait être Twitter. Le CP, c'est l'année où l'on apprend à lire, écrire, compter, c'est déjà beaucoup... S'initier en plus à l'informatique, cela me semblait trop ambitieux. En fait, tout s'est passé à merveille. Mon fils a acquis beaucoup de vocabulaire nouveau et a fait des progrès en orthographe. "

« Je suis ravie du travail fait sur Twitter »

Séverine, maman de Enzo, en CP, et Saona, en CM1

" Le côté ludique de Twitter est motivant pour les enfants. Enzo a un compte personnel réservé à ses copains, et que nous contrôlons de près. C'est pratique pour transmettre les devoirs quand un copain est malade. Et l'enseignant leur apprend les usages d'Internet et les règles de sécurité. "

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires