Le numérique en classe : vos questions de parents ?

Les parents s'interrogent sur l'utilisation des nouveaux outils numériques par leurs enfants en classe. Les réponses d'experts et de la rédaction.

À la maison, les enfants sont déjà beaucoup devant des écrans. Pourquoi faut-il qu’il y en ait encore à l’école ?

La réponse de Jérôme Clauzure, directeur d'Avenir numérique

Certaines études disent que le temps passé par les enfants devant les écrans est supérieur au temps passé à l'école. Mais il faut distinguer deux attitudes chez l'enfant et l'adolescent : le temps passé devant l'écran avec une attitude passive (télévision, vidéo...) et le temps passé devant l'écran avec une attitude de recherche, d'apprentissage, de construction, de coproduction (correspondance, devoirs, jeux vidéo, etc.).
Les parents peuvent s'appuyer sur les règles proposées sur le site internet www.apprivoiserlesecrans.com de l'Enseignement Catholique (SGEC), pour adapter progressivement selon l'âge de l'enfant/adolescent le temps passé devant l'écran. Mais il est capital et indispensable que l'éducation à l'usage de l'écran ne se fasse pas uniquement à la maison mais qu'il ait lieu aussi à l'école, car le numérique est indissociable de tous nos usages y compris dans l'acquisition des connaissances et des compétences.
Plus tôt nos enfants seront formés et éduquer à l'analyse et au discernement de l'information dans ce magma de données que propose internet, plus vite ils passeront du statut de consommateur à celui de créateur et de producteur de contenus.

Qu’est-ce que les MOOC ?

L'acronyme anglais MOOC (prononcer [mouk]) signifie Massive open online courses. Les MOOC sont des cours en ligne qui mixent vidéos, exercices en ligne corrigés, évaluations et forums où les étudiants peuvent échanger entre eux. Pour l'instant, suivre un MOOC ne permet pas d'obtenir un diplôme. Les MOOC sont apparus aux États-Unis en 2011, lancés par de prestigieuses universités américaines. Face à cette concurrence américaine, le ministère de l'Enseignement supérieur a ouvert, en 2014, sa propre plate-forme. Appelée FUN, pour France Université Numérique, elle s'inspire du modèle américain. On y trouve les MOOC d'HEC, de la Sorbonne, de Polytechnique, de Centrale, d'Assas, des Mines, du Cnam...

L’Apel assure une veille technologique sur le thème du numérique

Nous avons étudié le thème des MOOC au sein du groupe "culture numérique" du Secrétariat général de l'Enseignement catholique (Sgec). Ces cours en ligne sont des compléments précieux pour des étudiants en quête d'approfondissement de compétences. Nous pensons que l'autonomie et la motivation sont deux qualités nécessaires pour réussir. Les MOOC vont se développer plus largement surtout dans l'enseignement supérieur. Notre association de parents jouera son rôle d'informateur pour que ce système soit connu plus largement. »

Vincent Goutines , membre du Bureau national de l’Apel

94 % des étudiants utiliseraient une plate-forme de cours en ligne si leur établissement en proposait une et 59 % iraient, en parallèle, en cours.
Sondage OpinionWay pour le ministère de l'Enseignement supérieur et la Recherche, sept. 2013.

Pour aller plus loin

Depuis septembre dernier, la Khan Academy, grâce à l'ONG BSF (Bibliothèques sans frontières) propose une plateforme numérique pour les élèves en élémentaire.
Lire l'article publié dans Famille & éducation n° 499 (Téléchargez le Pdf en cliquant ici)

Utiliser les outils numérique dès la maternelle, est-ce nécessaire ?

L'avis de Jérôme Gaillard, chargé de mission culture numérique à la DDEC de Bayonne

Le texte du B2i (brevet informatique et internet) concerne tous les niveaux de classe, bien qu'il ne soit comptabilisé qu'en fin de CM2. Certaines des compétences du B2i peuvent être acquises par les enfants dès la maternelle. Par exemple, savoir allumer et éteindre un ordinateur, ouvrir un fichier et, en grande section, écrire son prénom, utiliser la souris (clic droit-clic gauche...). Mais en maternelle, la priorité doit être donnée à la manipulation et à l'expérimentation. En revanche, certaines nouvelles technologies, comme les appareils photos, les lecteurs mp3 ont toute leur place en classe, car ils permettent de montrer aux parents les acquisitions des enfants. En utilisant la photo, l'enseignant garde une trace des apprentissages de l'enfant : en petite section, par exemple, l'enfant apprend à mettre son manteau. Cela est plus facile à montrer en image. Et l'enfant est tout fier. "

71 % des parents d'enfants de moins de 6 ans pensent que les écrans tactiles facilitent les apprentissages des tout-petits.
Source : Enquête Ipsos, sept. 2013.

Le “3-6-9-12” appliqué aux petits

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, est co-auteur de l'Avis de l'Académie des sciences sur L'enfant et les écrans (janvier 2013). Pour répondre aux questions les plus pressantes des parents et des pédagogues, il a imaginé la règle "3-6-9-12" : pas de télévision avant 3 ans, pas de console de jeux personnelle avant 6 ans, pas d'Internet avant 9 ans et Internet accompagné jusqu'à l'entrée en collège, vers 11-12 ans.
Pour les enfants entre 3 et 6 ans, un âge où ils ont besoin de découvrir toutes leurs possibilités sensorielles et manuelles, ses recommandations sont les suivantes :

  • Éviter la télévision et l'ordinateur dans la chambre de l'enfant.
  • Les parents doivent établir des règles claires sur le temps d'écran et respecter les âges indiqués sur les programmes.
  • Préférer les jeux qui se jouent à plusieurs.
  • Éviter de leur offrir une tablette.

J’entends parler des ENT. Qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

L'ENT est un espace (parfois appelé environnement) numérique de travail. C'est donc un serveur où établissements et familles peuvent partager des fichiers, des informations, et pourquoi pas dialoguer...


Qu’est-ce que la classe inversée ?

Avec la classe inversée, le professeur propose à ses élèves de découvrir et d'apprendre les leçons à la maison grâce à de nombreuses ressources pédagogiques multimédia qui sont mises à disposition sur Internet ou un ENT, et de travailler en classe sur les applications et la mise en pratique des leçons.
Avec cette approche pédagogique, le processus traditionnel de l'enseignement est inversé. L'élève construit d'abord son cours à la maison à partir des lectures ou des vidéos recommandées par l'enseignant. Puis, en classe, il applique les connaissances acquises en faisant des exercices en groupe ou des travaux pratiques. Retour d'expériences.


Ne faut-il pas d’abord apprendre les fondamentaux aux enfants, avant de leur apprendre à se servir d’un ordinateur ?

La réponse de Jérôme Clauzure, directeur d'Avenir numérique

Les deux sont aujourd'hui indissociables car ils combinent acquisition des connaissances et acquisition des compétences/comportements. Mais il ne faut pas faire une exclusivité de l'apprentissage des fondamentaux avec les supports numériques. C'est le rôle des parents et des enseignants de veiller à un juste équilibre.

Apprendre le codage à l’école, est-ce vraiment devenu nécessaire ?

La réponse de Jérôme Clauzure, directeur d'Avenir numérique

Bien sûr que le codage est important dans l'apprentissage si nous voulons plus d'indépendance dans Internet et si nous ne voulons pas être mono-dépendant de certains acteurs du web. Mais l'apprentissage du codage doit inclure, en prérequis, une véritable éducation au numérique sur les questions d'identité numérique, droits d'auteurs, droits à l'image, sécurité des données personnelles, sécurité numérique. Il est effectivement urgent de passer d'une culture du numérique à la culture numérique.

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires