Témoignages sur la classe inversée

Avec la classe inversée, le professeur propose à ses élèves de découvrir et d'apprendre les leçons chez eux grâce à de nombreuses ressources pédagogiques multimédia qui sont mises à leur disposition sur Internet ou un ENT. Quels sont les bénéfices de cette nouvelle méthode d'enseigner ? Voici quelques témoignages de professeur, élève et parent d'élève.

Pascal Bihouée

Enseignant en sciences physiques, collège Sainte-Marie, à Saint-Brieuc (22)

" Je veux que l'élève soit chercheur, acteur et auteur "

" Cela fait de nombreuses années que je me sers des outils informatiques pour permettre à certains élèves de raccrocher avec la physique. Après avoir amassé beaucoup de ressources et parce que j'entendais de plus en plus parler de "flipped classroom" (classe inversée), je me suis lancé il y a deux ans avec une classe de 4e dont les élèves étaient assez autonomes et sympas. Et j'ai annoncé : "Cette année je ne fais pas cours, je n'écris pas au tableau". Beaucoup d'élèves ne comprenaient pas la leçon pendant le cours et se retrouvaient du coup perdu à la maison pour faire les exercices. Avec ce système de classe inversée, pendant le cours, les élèves sont en situation de résolution de problèmes par groupes de 3 ou 4 élèves. Je passe de groupe en groupe pour répondre à leurs questions, leur expliquer les notions non comprises, valider les réponses. Je veux que l'élève soit chercheur, acteur et auteur. Grâce à cette formule, j'ai raccroché les élèves les moins scolaires. D'autres, en revanche, très bons élèves, se sont retrouvés moins valorisés, par exemple, par le travail de coopération. J'y vois un autre avantage : en classe, tout le monde participe et est attentif. Toutes les dix minutes, je passe dans un groupe et je pose des questions, voit comment le travail a progressé : aucun élève ne peut rester dans son coin, en rêvassant. Enfin, cela me permet aussi de connaître beaucoup mieux les élèves : voir leurs difficultés ou leurs progrès. "


Clément, élève

" Ma moyenne est passée de14/20 à 17/20 "

" En 3e, j'ai suivi les cours de sciences physiques en classe inversée. Je faisait les cours à la maison, en allant sur Internet pour trouver des documents ressources, notamment des vidéos, grâce auxquels je découvrais la théorie. À partir de ce que nous avions vu chez nous, nous rédigions nous-mêmes nos cours. J'étais très motivé par cette façon de travailler parce que j'utilise beaucoup l'ordinateur. Au début, ce qui était difficile, c'était de savoir quoi écrire. Et puis assez vite, c'est presque devenu simple. À la maison, je pouvais aller à mon rythme, m'arrêter dès que je comprenais moins bien. J'ai apprécié cette façon de travailler qui m'a rendu plus autonome. Je ne recopiais pas la leçon de tous, mais ma leçon. Lorsque l'enseignant vérifiait à distance notre travail, il nous indiquait personnellement ce qui était bien ou moins bien compris. Finalement, cela demande pas mal de travail à la maison. Après en cours, nous faisions des exercices d'application. J'ai trouvé plus simple de résoudre un problème à plusieurs, de pouvoir partager entre élèves ce que chacun avait compris, nos interrogations, etc. Nous coopérions et échangions des informations. En classe, le professeur revenait sur certains points du cours si plusieurs élèves avaient rencontré les mêmes difficultés. Cette méthode d'enseignement m'a vraiment permis de mieux comprendre ce que l'on m'enseignait. En sciences physiques, ma moyenne est passée de 14/20 en 4e à 17/20 en 3e. "

Valérie, parent d’élève

" Avec la classe inversée, j'ai beaucoup moins aidé mon fils et il a eu de meilleurs résultats "

" Martin est plutôt bavard en classe et il a besoin que les apprentissages soient concrets. Avec la méthode de la classe inversée, il percevait très précisément à quoi pouvait lui servir ce qu'il avait découvert grâce aux ressources mises en ligne par l'enseignant : des vidéos, des schémas en 3D, etc. Les documents très attractifs et bien expliqués intéressaient Martin. La première chose qu'il faisait en rentrant à la maison, c'était d'aller voir sa leçon de physique. Martin était aussi à l'aise dans la coopération et le travail en groupe avec ses camarades. Il pouvait parler à loisir et échanger avec les autres. Je trouve que ce travail d'entraide entre trois ou quatre élèves est très formateur. Il y avait aussi une émulation entre les élèves : ils voulaient, pendant le cours suivant, montrer aux autres ce qu'ils avaient compris et terminer en avance pour aborder la prochaine leçon. Auparavant, Martin recopiait les cours sans les comprendre. Nous devions reformuler et lui expliquer à nouveau ce qu'il n'avait pas compris en classe. Avec la classe inversée, j'ai beaucoup moins aidé mon fils et il a eu de meilleurs résultats. Nous avons contrôlé le travail de loin, car le professeur vérifiait si les élèves s'étaient connectés et s'ils avaient consulté les documents. Enfin, ce système ne permet pas aux élèves de passer entre les mailles du filet, contrairement à celui des interrogations orales où le professeur ne peut vérifier les connaissances que de quelques élèves seulement.

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires