Soirées et consommation d'alcool

« Mon fils de 17 ans souhaite organiser une fête à la maison pour son anniversaire. Je ne suis pas contre, mais je crains le débordement… Si j’accepte, j’interdirai absolument l’alcool. »

La réponse de XAVIER POMMEREAU, psychiatre, responsable du Pôle aquitain de l’adolescent, au Centre Abadie, à Bordeaux. Il est l’auteur de nombreux livres, dont Le goût du risque à l’adolescence, le comprendre et l’accompagner (Albin Michel).

« Vous avez raison d’être prudente, car les fêtes qui ne sont pas un minimum encadrées risquent de dégénérer. Il me semble en revanche difficile d’interdire l’alcool – c’est une génération qui ne conçoit pas de fête sans bière ou vodka. Le maître-mot : responsabilisez-le. À lui de fixer un petit budget (boissons, nourriture), soit en organisant une quête auprès de ses copains, soit en travaillant (petits cours, etc.). En amont : suggérez-lui de désigner un camarade comme coresponsable de la soirée, de rédiger un petit mot pour les voisins, en précisant les horaires de la fête (« Nous baisserons le son à partir de minuit »), et en les conviant éventuellement à prendre un verre. Limitez l’occupation des lieux, en indiquant les pièces qui doivent rester fermées à clé : la chambre parentale bien entendu – symboliquement, c’est important – la chambre du frère, etc. Alertez-le : certains “pirates” s’incrustent dans les fêtes pour voler portables et portefeuilles : ne pas laisser les blousons dans l’entrée, ou dans une pièce proche de l’entrée. Et conserver son portable sur soi. Si vous êtes convié (naturellement) à vous éloigner pendant la fête, ne laissez pas les ados sans aucune surveillance jusqu’à 3 heures du matin. Repassez à l’improviste pendant la soirée (vous l’aurez prévenu en amont) vers minuit-une heure du matin. Enfin, côté rangement, c’est bien évidemment à lui de s’en charger, le soir-même ou le lendemain. Si tout a été anticipé, et encadré – même de loin –, sa fête sera réussie. Avec un effet dopant sur sa confiance en lui, et un regain de popularité au lycée… »