Ma fille est très timide

« Notre fille de 9 ans est excessivement timide, tant avec les autres adultes qu’avec les autres enfants, et cela s’accentue en grandissant. Elle en est malheureuse. Comment pouvons-nous l’aider ? »

La réponse d’ALAIN SIOUFIpsychologue à l’École des parents d’Île-de-France et à la plateforme Apel service.

La timidité, c’est le manque d’assurance dans sa relation à autrui. La personne timide reste donc en retrait, évite toute situation nouvelle ou imprévue. Elle a peur du regard ou du jugement de l’autre, et évite toute circonstance de comparaison, voire de compétition. La personne timide souffre d’un manque de confiance en soi, elle est dans l’autodénigrement.

La timidité peut être accompagnée de symptômes physiques comme des bouffées de chaleur, des rougeurs, de la transpiration, un bégaiement, etc. Cette timidité peut être un réel handicap et entraîner un appauvrissement de la vie sociale et émotionnelle. Vous avez raison de ne pas vouloir que cela s’installe.

Les parents pensent, en général, que la timidité est innée, que c’est dans le tempérament de leur enfant. Et, bien qu’ils voudraient le voir en guérir, ils ont le sentiment que cela n’est pas guérissable. Alors souvent les parents, pour protéger leur enfant, mettent en place des stratégies d’évitement ou de défense. Mais finalement ils laissent par là entendre à leur enfant qu’il a bien raison d’être effrayé. Cela le conforte dans ses peurs et le piège sous l’étiquette : “timide”.

Or, on peut tout à fait se soigner la timidité. Vous pouvez tout d’abord proposer à votre fille d’identifier ce qui chez elle est cause de timidité. Cette enquête peut être menée par les parents ou un psychologue. « Pour toi, quels sont les moments les plus intimidants ? » Ensuite, le travail va consister à se déconditionner en s’exposant par palier, par étape, jour après jour, à ce qui fait peur. Votre fille pourra suivre un tableau de bord avec des objectifs, comme parler avec une copine dans le bus, dire bonjour à un voisin, prendre la parole en classe, etc. Cela prendra du temps, mais la satisfaction de surmonter ses peurs et sa fierté de réussir vont lui permettre petit à petit de comprendre que rien n’est figé et que c’est sa peur qui jusqu’à maintenant l’a empêchée de vivre simplement avec les autres. Vous aiderez votre fille en ne la protégeant pas trop, mais en étant encourageante et “narcissisante”.

LA PLATE-FORME TÉLÉPHONIQUE APEL SERVICE

Une question sur l'orientation ou la scolarité de votre enfant ? Besoin de conseils éducatifs ?

Appelez Apel Service au 01 44 93 30 71  

> lundi, mardi, jeudi et vendredi  de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h.