Le point de vue des experts

De nombreux experts se sont exprimés sur la réforme du collège. Voici quelques-unes de leurs analyses.

 

Eric Charbonnier est responsable du département éducation de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et responsable de Pisa France. Il est également l'auteur d'un blog pour Le monde.fr

> Lire l'intégralité de l'interview

Nous en sommes à quatre enquêtes Pisa, soit 12 ans d’observation des systèmes éducatifs des pays de l’OCDE, et celui de la France n’a cessé de se dégrader et se trouve aussi être le plus inégalitaire, avec la Nouvelle-Zélande. Il fallait agir : la nécessité de réformer ne devrait même pas être discutable. Les comparaisons internationales montrent par ailleurs que les pays qui réussissent en la matière ont un système scolaire qui combine qualité et équité sociale. Ce n’est pas incompatible. Il existe très peu de pays performants avec autant d’inégalités que la France. Les réformes envisagées ne feront pas diminuer la proportion de bons élèves et permettront aux autres de s’améliorer.(...) Si, à chaque réforme, ceux qui ne sont pas d’accord sur un point particulier la rejettent totalement, cela nuit au débat public et ajoute à la confusion générale. »

Eric Charbonnier - Interview L'Opinion du 14/05/2015 , Expert à l'OCDE

 

François-Xavier Bellamy est agrégé de philosophie, normalien et professeur. Il est l'auteur de l'ouvrage Les Déshérités aux éditions Plon

Lire l'intégralité de l'interview

Je ne comprends pas l’incohérence complète entre le diagnostic de départ et la réponse qui lui est apportée. La Ministre constate la faible maîtrise des savoirs fondamentaux, et créé des activités interdisciplinaires qui remplacent des heures de cours, comme si les savoirs étaient déjà acquis ! Le soutien apporté à cette réforme ignore l’avis très critique de la grande majorité des enseignants. Au lieu de les écouter, eux qui chaque jour font face sur le terrain aux difficultés de leurs élèves, on les accuse d’être simplement incapables d’évoluer. Mais c’est plutôt les partisans de ces illusions complètement datées qui semblent refuser de repartir des réalités ! »

François-Xavier Bellamy , Professeur de philosophie

 

Laurent Bigorgne dirige l’Institut Montaigne depuis 2011. Enseignant, il a travaillé à la direction de Sciences Po.

> Lire l'intégralité de l'interview

Il faut que le gouvernement tienne bon sur le principe, qu'il a souhaité mettre en avant, de permettre aux établissements de disposer d'un volume équivalent à 20 % des enseignements pour accompagner les élèves les plus en difficulté en petits groupes ou de bâtir des enseignements pluridisciplinaires. Ce n'est certes pas la fin du collège unique, mais c'est un coin solide enfoncé dans un dispositif beaucoup trop monolithique. C'est le coeur des annonces qui ont été faites par la ministre… et elles devraient réjouir tous les militants de l'autonomie des établissements d'enseignement secondaire.(...) Tous les partisans de changements profonds au collège devraient se réjouir qu'on développe un nouvel instrument au service du travail en équipe au bénéfice d'enseignants qui peinent à le faire naturellement.Personne n'est contre une école de l'excellence. Il faut se réjouir au contraire que tous les collégiens puissent demain commencer plus tôt l'apprentissage d'une deuxième langue vivante, dès la classe de cinquième. Et ceux qui souhaitent faire du latin pourront continuer à le faire jusqu'au baccalauréat, puis à l'université ou en classe préparatoire aux grandes écoles. »

Laurent Bigorgne - Article Les Echos du 7/05/2015 , Directeur de l'Institut Montaigne

 

Françoise Cartron est vice-présidente du Sénat et membre de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat.

> Voir l'intégralité de la vidéo

Le Conseil supérieur de l'Education a donné un avis positif à cette réforme du collège, dont le décret vient d'être publié. Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les enseignants s'approprient ces changements et qu'ils bénéficient d'une formation et d'un accompagnement suffisant, notamment dans la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires. Le temps n'est plus à la polémique, mais au travail de construction permettant de réussir ensemble cette école pour tous les enfants de France. »

Françoise Cartron - Question au Gouvernement du 28/05/2015 , Vide-présidente du Sénat