Formations secondaires : plusieurs voies possibles

La classe de 3e marque la première étape dans les choix d'orientation. Voici l'essentiel à savoir pour aider votre enfant à faire un choix éclairé.

" Choisir une voie de formation, c'est faire le choix d'une façon d'étudier ", insiste l'Onisep, ajoutant qu'il s'agit de déterminer " le baccalauréat que l'on veut préparer en fonction de l'élève qu'on est ". Deux possibilités s'offrent aux élèves en fin de 3e : soit une 2de générale et technologique, soit une entrée en voie professionnelle, selon les modalités classiques du lycée ou en alternance. 63% des élèves inscrits en 3e en 2012 ont opté pour le premier cas en 2013, tandis que 25% ont rejoint la voie professionnelle. Zoom sur les caractéristiques de ces différents parcours.

Voie générale et technologique

Dans cette filière, la 2de constitue un nouveau palier d'orientation. Autour d'un tronc commun de matières générales, les élèves suivent deux enseignements d'exploration, l'un d'économie, l'autre au choix parmi biotechnologies, sciences de l'ingénieur, latin, littérature et société... Objectif : décider quelle série de bac l'on veut passer parmi les deux voies proposées :

  • La voie générale, à dominante littéraire, économique ou scientifique. Fondée sur des apprentissages théoriques, elle nécessite un travail personnel important, doublé de capacités d'analyse, de rédaction et d'argumentation. C'est l'orientation à choisir si l'on envisage des études longues.
  • La voie technologique, prônant une " pédagogie organisée autour de l'expérimentation ". Elle convient aux élèves appréciant les travaux pratiques, et espérant donc passer plus de temps en labo ou en salle d'informatique. 23% des lycéens de 2de générale et technologique la choisissent. Elle se répartit en 8 séries, notamment STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) ou STL (sciences et technologies du laboratoire). " Ces sigles peuvent dérouter les parents d'autant qu'ils ont changé au fil des ans ", observe Pascale Morin, ancienne responsable du service Information et conseil aux familles (ICF) à l'académie de Montpellier. Pour tout remettre au clair, il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous auprès d'un BDI Orientation. Les bacs technologiques se prêtent tout particulièrement à des inscriptions en BTS ou DUT. Mais ils n'interdisent pas des études plus longues, ces bac+2 servant de plus en plus de tremplins vers des licences pro ou des masters.
    A noter : certaines classes préparatoires aux grandes écoles sont adaptées aux voies technologiques.

Voie professionnelle

" En bac pro, les élèves sont en phase avec les besoins des entreprises et leur actualité. Pour certains jeunes, cela constitue une motivation réelle et un nouveau départ ", note Véronique Bilbault, secrétaire générale de l'Apel d'Orléans-Tours. Ces dernières années, le Centre de recherche en éducation de Nantes a d'ailleurs mené une enquête auprès de jeunes entrant en lycée pro et les a réinterrogés après leur bac. Verdict : 81% sont satisfaits de leur cursus. La pratique prend une place centrale dans cette voie, avec des enseignements centrés sur des savoir-faire et des périodes de stage en entreprise. Leur diplôme en poche, les jeunes seront en effet opérationnels pour décrocher un emploi, sachant que des poursuites d'études en BTS sont possibles. Gare aux malentendus : les cours généraux comme le français, l'histoire-géo ou les maths ne disparaissent pas ! Mais ils sont plus concrets, en lien avec la spécialité choisie. Celle-ci est à sélectionner dans une liste de... 90 possibilités : commerce, technicien constructeur bois, logistique, optique-lunetterie, métiers de la mode, accueil-relation clients et usagers... Il est donc fondamental de réfléchir assez tôt en 3e aux secteurs ou aux métiers que l'on envisage. " L'entrée en 2de professionnelle doit être vraiment motivée par un projet. Au-delà des intitulés, les collégiens doivent prendre le temps de décrypter les contenus et les horaires des spécialités qui les intéressent avec un adulte ", souligne Fabienne Vachette du service ICF de l'Apel Paris.

La majorité des élèves de 3e qui rejoignent la voie professionnelle optent pour une 2de professionnelle et visent un bac pro. Les autres se lancent dans un CAP, cursus en deux ans permettant une entrée sur le marché de l'emploi ou un passage en 1re professionnelle. Ce diplôme est incontournable dans certains domaines, par exemple la coiffure.

Alternance

Le CAP et le bac professionnel peuvent se préparer en lycée professionnel ou dans un centre de formation des apprentis. D'après l'Education nationale, l'apprentissage couvre 29% des formations professionnelles dans le secondaire. Là, les jeunes alternent cours et missions en entreprise, où ils ont un statut de salarié. Avantage : ils peuvent tout de suite mobiliser les compétences acquises en classe et acquièrent une expérience professionnelle valorisante sur un CV. La contrepartie, c'est un emploi du temps chargé. Finies les vacances scolaires. Si le fait d'avoir un salaire et un poste sont gratifiants, il faut pouvoir assumer ses missions sans négliger le travail scolaire, indispensable pour valider le bac. Cette voie est donc réservée aux élèves les plus matures.

Aurélie Djavadi

Liens utiles

Site de l’Onisep

Site du CIDJ

Site du magazine Phosphore

Ajouter un commentaire

Les champs marqués d’un * sont obligatoires :

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires