Aline Blain, présidente de l’Apel départementale de Loire-Atlantique

Particulièrement sensible à la question de l’accueil des familles ayant un enfant à besoin éducatif particulier, Aline Blain invite les présidents d’Apel à se mobiliser sur le sujet.

Présidente de l’Apel départementale de Loire-Atlantique depuis 3 ans, Aline Blain est maman de trois enfants. Naturellement à l’écoute des autres et sensible à la fragilité, elle a toujours à cœur d’œuvrer dans son environnement pour que les gens se sentent bien. En tant que responsable Apel, elle prête ainsi spécialement attention aux familles ayant un enfant à besoin éducatif particulier. « Que leur enfant soit scolarisé en milieu ordinaire ou dans une classe spécialisée, ces familles ont un quotidien souvent lourd, sont facilement isolées et en perte de confiance. D’où l’importance, pour les responsables Apel, de se montrer attentifs à leurs difficultés et d’aller à leur rencontre ! ».

L'Apel doit toujours veiller à ce que les familles concernées par la question des besoins éducatifs particuliers soient incluses dans ses projets »

Aline Blain , présidente de l’Apel départementale de Loire-Atlantique

Si les Apel d’établissements disposant d’une structure d’accueil spécialisée sont généralement sensibilisées à la question, et intègrent les enfants à besoins éducatifs particuliers et leurs familles dans les projets qu’elles développent, il est parfois plus difficile pour les responsables Apel d’identifier les familles concernées par le problème mais dont les enfants ne relèvent pas de dispositifs spécifiques. « C’est là que le travail en communauté éducative, la confiance et le dialogue avec le chef d’établissement et les enseignants prennent toute leur importance : c’est grâce à ces échanges que l’Apel pourra proposer des actions adaptées. » Dès lors, comment agir au plus près des besoins, quels types d’actions proposer ? « La première chose à faire, c’est de ne pas avoir peur, de se montrer à l’écoute, de développer son empathie. Une fois les familles identifiées, on peut leur distribuer le livret Besoins éducatifs particuliers et ASH (disponible auprès des Apel départementales), organiser une Rencontre parents-école® sur la différence ou une conférence sur les intelligences multiples, mettre en place un café des parents qui soit un lieu d’ouverture et d’échange … l’important est de se centrer sur des actions qui contribuent à une normalisation de ce que vivent ces familles et leur permettent de mieux s’intégrer. On ne demande pas aux présidents d’Apel de devenir des spécialistes de ces questions, mais de savoir accueillir et si besoin passer le relai, par exemple aux services information et conseil aux familles. »

Propos recueillis par Stéphanie Rivage