20e congrès #Transmettre : notre sondage

Cette enquête montre que pères et mères ont, à une écrasante majorité (94 %), pris le temps de réfléchir aux valeurs auxquelles ils sont attachés et qu’ils souhaitent transmettre à leurs enfants.

La grande majorité des parents ont pris le temps de réfléchir aux valeurs qu’ils voulaient inculquer à leurs enfants

94% des parents affirment avoir réfléchi aux valeurs qu’ils souhaiteraient transmettre à leurs enfants. Parmi les répondants, les femmes (57%) ont été plus nombreuses que les hommes (47%) à répondre « oui tout a fait » à cette question.

 

Dans l’optique de transmettre des valeurs, les parents se servent avant tout de leur expérience au quotidien et de leurs convictions

Pour évoquer ou transmettre les valeurs, les parents s’appuient sur leur attitude au quotidien (25% en premier et 89% au global), sur leur expérience personnelle (22% en premier et 91% au global) et sur leurs convictions (25% en premier et 85% au global). Dans une moindre mesure, ils ont aussi recours à des exemples puisés dans l’actualité (11% en premier et 80% au global) et ils se servent des échanges qu’ils ont au quotidien avec leurs enfants (8% en premier et 86% au global).

LA TRANSMISSION S’INSCRIT EN PREMIER LIEU DANS LA CONTINUITÉ : LES PARENTS SOUHAITENT TRANSMETTRE À LEURS ENFANTS LES VALEURS QU’ILS ONT REÇUES

L’autonomie et la bienveillance figurent à la fois parmi les valeurs que les parents ont les plus reçues et parmi les valeurs qu’ils souhaitent le plus transmettre. Plus d’un parent sur deux a indiqué avoir eu une éducation marquée par les valeurs d’autonomie (58%) et la bienveillance (55%). Ils sont également nombreux à vouloir transmettre à leurs enfants ces deux valeurs (65% et 61%). L’autonomie apparait comme une valeur particulièrement présente au sein des catégories socio-professionnelles supérieures. Les cadres, les chefs d’entreprise et les professions intermédiaires sont à la fois plus nombreux à indiquer avoir reçu cette valeur (62%) et à souhaiter la transmettre (70%).

La tradition apparait comme une valeur moins inscrite dans la continuité. Les parents sont nombreux à indiquer avoir reçu cette valeur (48%, 3e valeur citée) et pourtant seulement 36% souhaitent l’inculquer à leurs enfants (5e valeur). A l’inverse, la réussite apparait comme une valeur qui se renforce : 35% des parents indiquent l’avoir reçue et 44% souhaitent la transmettre.

Quelles sont les valeurs que les parents souhaitent le plus transmettre ?

  • L'autonomie à 65 %
  • La bienveillance à 61 %
  • La réussite à 44 %

mais... Quelles sont celles qui vous paraissent dominantes aujourd’hui ?

  • Le pouvoir (52 %)
  • La réussite (51%)

LES VALEURS QUI POUR LES PARENTS DOMINENT AUJOURD’HUI SONT PROFONDÉMENT EN DISSONANCE AVEC CELLES QU’ILS SOUHAITENT TRANSMETTRE

Pour les parents, le pouvoir (52%) et la réussite (51%) sont les deux valeurs dominantes. Pour autant, le pouvoir est la dernière valeur citée (7%) parmi celles que les parents veulent transmettre à leurs enfants. L’hédonisme est considéré comme une valeur forte aujourd’hui par 1⁄4 des parents (23%) mais seulement 11% d’entre eux souhaitent la transmettre à leurs enfants. A l’inverse, la bienveillance est peu considérée comme dominante par les parents (20%, 6e valeur citée) mais figure parmi les valeurs qu’ils souhaitent le plus transmettre à leurs enfants.

La famille, principal espace de la transmission des valeurs

Près de 9 parents sur 10 estiment que la famille est l’institution qui influence le plus les enfants dans la transmission des valeurs (88% en premier et 96% au global). Dans une moindre mesure, ils citent aussi l’école (5% en 1er mais 79% au global) et les amis (2% en 1er et 56% au global). Les parents sont en revanche peu nombreux à considérer internet (16%) et la religion (9%) comme étant des vecteurs importants pour la transmission de valeurs. Si les parents sont unanimes pour considérer que c’est le rôle de la famille de transmettre les valeurs (100%), 1⁄4 d’entre eux estime qu’elle n’exerce pas suffisamment ce rôle (25%).

Les parents estiment que l’école joue un rôle important mais insuffisant dans la transmission des valeurs

Si la famille joue un rôle primordial dans la transmission de valeurs, les parents estiment que l’école en est le second principal acteur. Comme pour la famille, ils estiment largement que c’est le rôle de l’école de transmettre les valeurs (90%) mais sont plus partagés quant au fait qu’elle exerce suffisamment ce rôle (62%). Cette opinion est plus marquée chez les hommes (seulement 57% estiment que l’école exerce suffisamment son rôle), les parents âgés de plus de 50 ans (55%) et chez ceux qui appartiennent aux catégories socio-professionnelles supérieures (57%). A l’inverse, les femmes sont plus nombreuses à penser que l’école exerce suffisamment son rôle (68%).

Les parents sont assez critiques concernant l’impact du numérique sur l’éducation de leurs enfants

56% des parents pensent que face à la montée du numérique, transmettre des valeurs devient plus compliqué. Seulement 12% des parents jugent que le numérique a un rôle facilitateur en matière d’éducation. Près des 3⁄4 des parents estiment que la confrontation des jeunes avec le numérique complique la transmission des valeurs (73%). Seulement 1/3 d’entre eux pense que la confrontation des jeunes avec le numérique les oblige à réfléchir par eux-mêmes (34%) ou encore favorise la transmission de leur vision des choses (33%).

TELECHARGEZ L'INTEGRALITE DU SONDAGE