L’Apel a pris acte des décisions annoncées par le président de la République

Suite au discours d’Emmanuel Macron prononcé le mercredi 31 mars, voici la réaction de l’Apel.

Sur le plan scolaire, la mise en place d'une semaine de travail en distanciel, puis de deux semaines de vacances (valables pour toutes les zones) suivies d’une reprise progressive semble une stratégie adaptée.

Pour l’Apel, l’idée d’adosser ce nouveau confinement à des vacances scolaires doit permettre de limiter les conséquences éducatives néfastes pour les enfants.

Pour autant, il faut être conscient que les parents devront faire face à de nombreuses difficultés :

  • délai très court pour s’organiser ;
  • dialogue avec leur employeur pour déplacer leurs vacances déjà validées ;
  • compatibilité malaisée entre télétravail et école à la maison ;
  • difficultés supplémentaires pour les enfants à besoin éducatif particulier ;
  • accès inéquitable au numérique et au matériel informatique.

 

L’Apel a rencontré jeudi 1er avril le directeur de cabinet du ministre et le directeur général de l’Enseignement scolaire pour analyser la situation et faire part de ses remarques.

Elle a insisté sur :

  • la prise en compte des impacts psychologiques concernant en particulier les adolescents ;
  • la nécessité de profiter de ce confinement pour vacciner tous les enseignants volontaires ;
  • les questions concernant l’organisation du 3e trimestre et des examens. Il est important de retrouver sur ces sujets une visibilité au plus vite.

 

L’Apel souhaite une organisation en concertation au sein des communautés éducatives. Elle fait confiance aux enseignants et aux chefs d’établissement qui devront à nouveau assurer un formidable travail pour mettre en place la continuité pédagogique.