Et si être confiné c'était... se retrouver ?

Sachons positiver. Et si ce « bain familial » forcé nous permettait de recréer du lien et de réinventer notre cocon ?

Se redécouvrir

Le confinement, en nous obligeant à nous retrancher en famille, est aussi l’occasion de découvrir ce que nous faisons pendant la journée. Pour la première fois, certains parents ont pu écouter les cours de leurs enfants ! Pour la première fois, surtout, les enfants ont vu leurs parents travailler, participer à des visioconférences par exemple, parler sur un autre ton, participer au monde adulte « C’est très positif, analyse la psychologue Jeanne Siaud Facchin. Je conseille à tous les parents : installez votre enfant sur une chaise, et laissez-le écouter, car cela donne envie de grandir ».

Partager le quotidien

Après un moment d’hostilité, Loanne, ado très compliquée, a accepté ma proposition de préparer les repas, tous les deux jours. « Elle n’aurait jamais imaginé que ça lui plaise autant. Aujourd’hui, nous préparons des dîners ensemble », raconte Sophie, sa mère. C’est l’occasion de créer des rituels ! Pourquoi pas partager une séance de yoga ou de méditation ensemble en fin de journée ? Un réflexe familial anti-stress à adopter pour la suite.

Echanger sa culture

Pourquoi ne pas faire découvrir à vos enfants les grands classiques du cinéma et du théâtre ? La Comédie française met à disposition ses plus belles pièces sur Youtube et, enfin, observer ce qu’ils font derrière les écrans (jeux vidéo, sketches de leurs youtubers favoris..). On peut aussi leur faire découvrir les joies du tarot, du « petit bac »…

Ados : 20/20 en confinement !

Parmi les surprises que nous a réservées le coronavirus, il en est une que nous n’aurions pas soupçonnée : nos ados ont suivi le confinement avec le plus grand sérieux ! Et parfois bien plus que leurs parents. Très étonnée, Sylvie a vu sa fille se priver de la présence de son copain — pourtant un voisin — pendant plus de deux mois. Quant à Elias 18 ans, confiné avec ses grands-parents octogénaires, il a été obligé de repousser leurs demandes incessantes de sortir pour « se dégourdir les jambes ». « Ma fille me houspille parce que je continue à faire du footing, Elle me reproche de manquer de sens des responsabilité, en disséminant ainsi, (d’après elle), le coronavirus ». Plus altruistes, les ados ? « Plus civiques, en tout cas ! Ils appartiennent à la génération Greta Thunberg, celle qui œuvre pour la planète, pour le bien commun alors que les plus anciens eux, sont marqués par les seventies, ces années de laxisme et permissivité », décrypte la psychologue Jeanne Siaud-Facchin. « Sans compter le côté « défi » du confinement, qui ressemble à la consigne d’un jeu de rôle ».

Reconnaissons qu’ils ont aussi suivi les recommandations de leurs pairs. Depuis Norman et sa vidéo spéciale « Confinement » visionnée plus de 6 millions de fois, à celle intitulée #Restez chez vous, qui a mobilisé pas moins de 80 youtubers, d’Enjoy Phenix à Natoo en passant par les streamers les plus connus, voire le spationaute Thomas Pesquet, qu’ils adorent, les figures d’autorité des jeunes ont tous proclamé « Stay Home ». Reste à la maison.

Organiser un planning

Pour les rétifs à l’organisation familiale, c’est le moment ou jamais de planifier la distribution des tâches : indispensable pour éviter les conflits dans ce huis-clos familial. Une fois le confinement levé, le planning sera toujours d’actualité !

Sophie CARQUAIN

3 questions à Didier Pleux, psychothérapeute

L’obligation du confinement a obligé certains adultes à faire preuve d’autorité…

Didier Pleux : Les parents ont trop souvent le réflexe de déléguer l’autorité aux enseignants. Et fatigués par leur journée de travail, à ne partager que le « ludique » avec leurs enfants. Il a bien fallu qu’ils incarnent la vraie autorité « verticale », en transmettant la consigne de l’Etat. Et qu’ils prononcent cet interdit : « Non, tu ne sortiras pas ». Pour certains, c’était une première.

En plein confinement, est-ce possible d’être encore « jupitérien » avec son enfant ?

D. P. : C’est l’occasion ou jamais de reprendre les rênes, et de faire comprendre aux enfants le bienfait de la loi qui consiste à respecter l’autre, particulièrement les plus anciens, les premiers menacés. Et aussi à continuer à produire des efforts, se cultiver…

Comment poursuivre cet effort après le confinement ?

D. P. : Si le confinement se passe bien, le pli sera pris ! Même les ados auront compris que passer des heures sur un jeu vidéo ou les réseaux sociaux ne rend pas si heureux.

Auteur de « De l’enfant roi à l’enfant tyran, nouvelle édition » (Odile Jacob)

Ajouter un commentaire

Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires