Collège : bien démarrer sa vie de collégien

Cinq règles d’or pour aider au mieux votre apprenti collégien à négocier son entrée dans le monde des grands.

©IStock

Etiqueter soigneusement son matériel

Dès la sixième, pour une seule discipline, les élèves ont parfois deux, voire trois, cahiers avec, de surcroît, plusieurs entrées différentes. Certains enseignants exigent un classeur subdivisé en plusieurs parties. Afin de réduire les possibilités d’erreur, inscrivez très lisiblement sur la couverture de chaque cahier ou classeur le nom de la discipline et procurez-lui des intercalaires où vous noterez avec lui sur chaque onglet le nom de la partie ou de la sous-matière.

Alléger le poids du cartable

Apporter le cahier de maths pour le cours d’histoire-géographie ou le livre d’anglais pour celui de français... Beaucoup d’élèves, au moins en début de sixième, sont victimes de ces confusions. Avec, à la clé, une bonne dose de stress quand ils s’aperçoivent de leur erreur. Résultat : beaucoup finissent par se charger d’un matériel inutile. « Comme je ne savais pas quels cahiers je devais apporter, j’ai préféré tout prendre ! », disent-ils volontiers. Ainsi, au moins au premier trimestre, prévoyez d’aider votre enfant à faire son cartable. Affichez au-dessus de son bureau un exemplaire de son emploi du temps, en ajoutant pour chaque heure de cours le matériel à emporter.

Le carnet de correspondance

Contrairement à ce que craignent de nombreux parents, la plupart des élèves s’adaptent très rapidement aux nouvelles exigences du collège. Malgré tout, il est important d’être attentif, dès le départ, à ce qui pourrait être source de difficultés pour un enfant. Aux environs de Noël, il y aura, bien sûr, la rencontre parents-professeurs ainsi que le premier bulletin trimestriel. En attendant, il y a aussi le carnet de correspondance. Consultez-le chaque soir. Grâce aux remarques consignées au jour le jour par les enseignants, vous aurez déjà une petite idée du profil de votre enfant. Vous verrez très vite apparaître ce qui risque de gêner sa réussite. Le bavardage ? Une incapacité à se mettre au travail en classe ? Des leçons non apprises ? Des exercices non faits à la maison ? Des oublis répétés de matériel ? Pour toutes ces remarques voir avec les enseignants concernés les remèdes à apporter.

Accorder de l'importance au cahier de textes

De plus en plus de collèges proposent des cahiers de textes en ligne remplis par les enseignants. Le hic, c’est qu’ils ne sont pas toujours tenus à jour. Pour prendre connaissance du travail à réaliser à la maison, le cahier de textes ou l’agenda de l’élève reste donc l’outil incontournable. Encore faut-il qu’il soit bien lisible. Comme il est souvent rempli en classe dans la précipitation, apprenez-à votre enfant à gagner du temps en abrégeant les mots les plus courants. Montrez-lui aussi comment le tenir, avec clarté, en écrivant bien la discipline et en séparant chacune d’elles par un trait.

Utiliser les manuels scolaires

Au cas où le collège utiliserait des manuels numériques, vérifiez que votre enfant a bien compris la manière de s’en servir. Consultez-les avec lui, dans leur ensemble, pour avoir une vision globale du programme de l’année. Faites-le également pour des manuels papier. Ils sont un complément indispensable au cours. Or, les collégiens ont tendance à en négliger l’utilisation. Pour apprendre une leçon, ils se contentent souvent du résumé inscrit dans le cahier ou le classeur, se privant du sens qu’ils pourraient donner aux mots en revoyant les documents (photos, schémas, graphiques, tableaux...) exploités avec le professeur lors du cours.

Comment consulter ses notes ?

Elles sont consultables en ligne. Prenez-en connaissance régulièrement sans vous alarmer inutilement. Un enfant n’est pas forcément en échec parce qu’il a raté un contrôle. D’ailleurs, rencontrer des difficultés fait aussi partie de l’apprentissage.

Faites confiance à l'équipe éducative. Si vous avez observé un dysfonctionnement dans le collège ou si vous avez une critique à formuler vis-à-vis d’un enseignant, cherchez à rencontrer l’adulte concerné mais abstenez-vous de tout commentaire négatif devant votre enfant.

Apprendre à planifier son travail

Au collège, à quelques semaines de la remise des bulletins trimestriels, faute, bien souvent, d’un manque de concertation entre les enseignants, les contrôles ont tendance à se multiplier. Les emplois du temps, ensuite, sont loin d’être toujours équilibrés. Certains jours de la semaine, les disciplines nécessitant du travail à la maison s’accumulent. Or, peu d’élèves ont le réflexe d’anticiper. Ils se mettent à faire la veille un travail pour lequel ils disposaient, en réalité, de deux semaines et qui, d’ailleurs, aurait été d’autant mieux réussi s’il avait été effectué en plusieurs étapes. Pour qu’il ne tombe pas dans ce piège, incitez, chaque week-end, votre enfant à établir un planning des activités à réaliser au cours de la semaine.

Lise DUPAS