Croire en l'espérance

« Qu'est-ce que l'espérance en ces temps troublés ? Ce n’est pas refuser d’entendre les messages d’alerte des scientifiques ni fermer les yeux sur l’état de notre planète. Ce n’est pas non plus se réfugier trop vite dans la joie et ce que l’on pourrait appeler une sorte d’irénisme chrétien, qui n’aurait pas d’autre but que de court-circuiter les désastres annoncés et qui ne serait que fausse espérance. L’espérance chrétienne ne nous promet pas que nous allons nous en sortir comme par enchantement. L’espérance, c’est cette force qui nous vient de Dieu et que lui seul peut nous donner. Celle qui nous permet de résister à la barbarie, de ne pas être annihilé par les catastrophes annoncées, de faire face avec humanité et dignité. Au coeur de cette espérance, le Christ, fi ls de Dieu fait homme, qui pardonne et ne renvoie pas l’insulte. Notre terre est aujourd’hui crucifiée et nous pouvons demander à Dieu la force de faire face à ces épreuves qui nous effraient. Dieu n’abandonne jamais sa création. Dans Laudato si’, le texte de référence qui a permis aux chrétiens d’apporter leur contribution à la conversion écologique, le pape François souligne cette capa- cité de l’homme à oeuvrer pour la maison commune et, lorsqu’il tombe très bas, à retrouver une vie digne. L’espérance se reçoit dans la prière et les sacrements. Elle s’incarne dans des attitudes, comme celle de trou- ver collectivement d’autres manières de vivre, entre consommation effrénée et déclin inexorable. Avec des mots d’aujourd’hui. L’espérance divine a cette force de nous rendre imaginatifs et de nous guérir de notre individualisme. » 

PÈRE FRÉDÉRIC LOUZEAU Théologien, directeur du pôle de recherche du Collège des Bernardins 

Comment agir ?

L’EXEMPLE DE SAINT-GABRIEL, PREMIÈRE PAROISSE LABELLISÉE ÉGLISE VERTE

AUTOUR DE TROIS CHEMINS D’ESPÉRANCE

  • Témoigner de l’Évangile par le chemin de l’unité.
  • Vivre la fraternité par le chemin de la miséricorde.
  • Changer notre vie par le chemin de la sobriété.

AVEC DES IDÉES D’AVANT ET D’APRÈS-CONFINEMENT

  • Les enfants qui font partie des groupes d’éveil à la foi ont semé du blé devant l’église et ont installé un hôtel à insectes.
  • Des ateliers pratiques pour fabriquer ses produits ménagers ou ses cosmétiques.
  • Des cafés compost : un café, un tamis sans oublier le sac pour récupérer le compost !
  • Réalisation d’une croix à partir des détritus du quartier. Un symbole de renaissance.
  • Un « hiver solidaire » : de décembre à mars, des personnes sans abri ont été hébergées dans la crypte de l’église, de 19 heures à 8 heures le lendemain, week-end compris.
  • Des conférences et des débats : qu’est-ce qui a changé dans nos regards et nos attitudes ces dernières années ? Comment consommer moins de viande ?
  • Une expo photos, lieu de rencontre entre les écoles catholiques et publiques.
  • Des distributions de repas, plus de 70 depuis le début du confinement.

AVEC DES VALEURS COMMUNES

  • Une approche écologique intergénérationnelle, portée par un groupe de paroissiens, dans l’esprit de l’encyclique Laudato si’.
  • Une thématique qui appelle à l’urgence, mais avec une manière de faire joyeuse.
  • Le désir de repousser les clivages, les facteurs d’opposition et de division.
  • L’accueil de toutes les bonnes volontés, chrétiennes ou non.

Avec le père Bertrand Cherrier, curé de la paroisse Saint-Gabriel (Paris XXe), labellisée « église verte » en octobre 2019 - www.saintgab.com

Relever les défis

Vivre sobrement, comme Mayeul Jamin

Six mois qui se sont transformés en une an- née pour parcourir la France et partir à la rencontre de celles et ceux qui ont réussi à adopter un mode de vie plus sobre et plus écologique. Quatre ans plus tard, Mayeul Jamin, ébéniste de formation, parle avec émotion de Ségolène, restauratrice de livres anciens, de Daniel, astro-boulanger, de frère Joseph… qui l’ont accueilli avec chaleur et ont partagé avec simplicité leur vie et la liberté qui les anime, loin des injonctions parfois tyranniques du monde contemporain. Des découvertes essentielles qui ont convaincu Mayeul de la nécessité de changer les choses là où l’on vit, afi n de changer le monde qui nous entoure. À 25 ans, Mayeul ne cherche pas à fuir le monde actuel, mais à vivre en cohérence avec la réalité d’une écologie inté- grale où tout est lié, la relation à soi, aux autres, à Dieu et à la création. Une vie fraternelle qu’il a choisi de partager, à Poissy (78), dans un lieu communautaire.


À la découverte de la sobriété heureuse, de Mayeul Jamin, Éditions du Cerf, créateur du site www.etsictaitpossible.com 

Participer à la pastorale scolaire

« Si les enfants ont parfois du mal à s’intéresser aux actions pastorales que nous leur proposons, à la fin de l’année, ils sont toujours fiers et heureux d’y avoir participé », souligne Nathalie Nibeaudo, responsable pastorale des 5e et 3e, à l’Institut Saint-Dominique, à Rouen. Cette année, le thème, inspiré de Laudato si’, Gardiens de notre Terre et de nos frères, a donné lieu pour toutes les classes à une prise de conscience très forte : seuls, nous ne pouvons rien faire, nous avons tous besoin de la confiance et de l’aide des autres. Avec Emmaüs, les élèves ont ainsi pu venir en aide à des personnes qui souffrent de pauvreté et de solitude. Ils ont également organisé une opération Bol de riz pour l’Association Grégory Lemarchal, qui lutte contre la mucoviscidose.

Se mobiliser ensemble avec l'Apel

Rendez-vous l’année prochaine. L’après-midi convivial et familial, organisé par la commission pastorale de l’Apel de Marseille (13), autour de l’encyclique Laudato si’, devait avoir lieu le 4 avril dernier. 150personnes étaient attendues. La pandémie et le confinement ont eu raison du calendrier, mais pas de la mobilisation des équipes. « Ce sera un moment qui nous permettra de réfléchir ensemble à une approche écologique et sociétale dans le respect de cette maison commune qui nous est confiée », précise Nadia Ouartani, vice-présidente de l’Apel départementale de Marseille. Conférence-débat, en présence du théologien Fabien Revol, pour les parents. Ateliers de développement durable animés par les scouts de France, pour les enfants. Avant la messe, en fin d’après-midi, tout le monde se retrouvera pour un goûter écologique et pourra partager ses réflexions et ses idées d’actions. L’ambition est également de toucher un maximum d’établissements. Un concours sera lancé, en lien avec la prochaine Semaine des Apel et le congrès de l’Apel nationale. 

SYLVIE BOCQUET

Ajouter un commentaire

Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires