Respecter son corps

Pas une semaine sans voir une émission ou lire un article sur l’importance de respecter son corps et de se respecter. Pourquoi un tel engouement ? Les Français cherchent de plus en plus ce qui est le mieux pour leur santé.

Si « manger cinq fruits et légumes par jour » comme recommandé par le Programme national nutrition santé (PPNS), est un message aujourd’hui largement répandu, d’autres enjeux se font jour autour des conservateurs, nitrites, exhausteurs de goûts, colorants, substances allergènes, voire cancérigènes. De nombreux acteurs s’intéressent vivement à ces sujets : Foodwatch, organisation indépendante à but non lucratif, ou l’application Yuka, qui aide les consommateurs à y voir plus clair dans les étiquettes et notamment les additifs ; l’Inserm, qui mène des études sur les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation... Les consommateurs ne sont pas seuls face à ces problématiques alimentaires.

Respecter son corps, c’est aussi avoir une activité physique régulière et adaptée, notamment pour se protéger des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, de l’ostéoporose... Une autre manière de prendre soin de son corps, c’est de choisir les produits qu’on lui applique : savons, crèmes, déodorants... Cosmétiques green ou bio (label), produits faits maison, c’est bon pour soi et c’est bon pour l’environnement. Respecter son corps est avant tout une démarche volontaire, qui repose sur une information fiable. C’est faisable malgré la question financière qui peut être un frein dans les milieux les plus précaires. Choisir des pratiques plus respectueuses de son corps, c’est s’engager davantage pour la protection de l’environnement.

Comment agir ?

EN MANGEANT. Limiter les plats tout prêts, trop transformés, salés, sucrés, gras. Les mentions E des étiquettes Nutri-score doivent alerter. Cuisiner mai- son, c’est choisir ses aliments, maîtriser l’assaisonnement et la cuisson. Être locavore en valorisant les produits locaux et les circuits courts d’approvisionnement ; aller au plus près des producteurs, sur les marchés, dans des boutiques d’agriculteurs, commander des paniers de fruits et légumes (bio et autres), acheter à la ferme... Et favoriser les repas en famille ou entre amis, moments de convivialité et d’échanges.

EN BOUGEANT. Trouver une activité physique à pratiquer régulièrement sans se faire mal. Bouger pour s’entretenir, dormir mieux et plus, diminuer le risque de développer certaines maladies et se sen- tir bien. Prendre les escaliers, marcher, faire des exercices simples d’assouplissement et d’équilibre. Regarder du côté des disciplines d’origine chinoise telles que le qi gong ou le tai-chi-chuan qui aident à prendre conscience de la détente et de la souplesse dans les gestes du quotidien pour atteindre un état de disponibilité et de bien-être.

EN PRENANT SOIN DE SA PEAU Découvrir les cosmétiques green, bio ou naturels. Une préoccupation encore largement féminine et assez récente. 65% des femmes de 50 à 64 ans et 50% des femmes de 18 à 24 ans avaient acheté des produits bio ou naturels en 2018*. En fabriquant soi-même ses produits de beauté et ses produits ménagers, à base d’ingrédients naturels et de techniques simples, ils seront personnalisés et répondront à vos besoins. Le plaisir de faire soi-même, pour soi et ses proches, est un moteur pour agir.

* Cosmétiques : le boom du bio ? Étude de l’Ifop pour Nuoo, sept. 2018

RELEVER les défis

Familles à alimentation positive

Porté par le réseau des producteurs bio, ce défi vise une alimentation savoureuse, locale, bio, sans augmenter son budget alimentaire. Né à Lyon en 2012-2013, aujourd’hui déployé dans de nombreuses régions, il a pour objectif de favoriser la consommation de produits locaux issus de l’agriculture biologique. Pour commencer, chaque famille fait l’état des lieux de sa consommation en produits bio puis va suivre son évolution. Ce qui caractérise ce défi, c’est le suivi du budget consacré à son alimentation. Il s’agit de manger bio sans dépenser plus, ce qui à première vue n’est pas évident. Les familles qui ont choisi ce défi en ont tiré des bénéfices directement liés à l’alimentation (découverte de produits locaux et de recettes de saison) mais elles apprécient également d’avoir « joué » en famille, échangé avec d’autres familles, rencontré des agriculteurs et appris à connaître leur environnement.

Fabriquer ses produits ménagers et ses cosmétiques à la maison

Tout commence par une prise de conscience. Avec quatre enfants, Mathilde fait une lessive par jour. Cette mère de famille va donc s’intéresser à la fabrication maison de la lessive pour réduire son impact environnemental. En testant des recettes, elle va s’orienter vers un petit nombre d’ingrédients naturels. C’est bon pour l’environnement et pour la peau de ses enfants. « C’est simple, ça prend un peu de temps mais nous le faisons en famille, chacun sait ce qu’il a à faire. Je crois à la valeur éducative de l’exemple de cette démarche. Mes enfants en parlent ensuite à leurs copains. » Mathilde a aussi testé la fabrication maison, avec sa fille, d’un baume à lèvres, à partir de cire d’abeille produite par un ami. « On s’est bien amusées, c’est un jeu de fabriquer ces petites choses et on réalise qu’il y a beaucoup de composants dans les produits industriels qui ne sont ni utiles ni naturels. »

Sois sport... écoute ton coeur !

A l'origine de ce projet, le constat que les jeunes ont perdu un quart de leurs capacités cardio-vasculaires depuis les années 1980, du fait notamment d’une sédentarisation grandissante. Ainsi, l’Ugsel (la fédération
sportive éducative de l’Enseignement catholique), en partenariat avec la Fédération française de cardiologie et l’Apel, a imaginé ce « Challenge sport santé » en 2017. Il s’agit de sensibiliser les enfants et leur famille (parents et grands-parents) aux bienfaits de l’activité physique, à l’importance d’une bonne hygiène de vie et au rôle essentiel du sommeil dans le bon fonctionnement de l’organisme. Les initiatives sont variées : mesurer sa capacité pulmonaire, ramer ou pédaler, courir en relais, s’étirer et se relaxer... Certains établissements proposent également des rencontres avec des sportifs et des professionnels de santé qui apportent des conseils pratiques aux familles.

VALÉRIE FONTESPIS-LOSTE

Ajouter un commentaire

Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires