LYCÉE - Terminer cette année si spéciale

Préparation à l’oral, contrôle continu, choix de spécialités... Face à des conditions exceptionnelles, les repères pour aider les lycéens à terminer cette année. 

En seconde, quand on se rend compte que les choix de spécialités ne sont pas les bons, peut-on changer ?

L’avis de Xavier Mancel chef établissement, Institut Sainte-Geneviève, Paris VIe

Jusqu’au troisième trimestre, les familles ont émis des souhaits et l’équipe pédagogique a répondu en donnant des avis. La décision définitive et les choix se font à la fin du troisième trimestre. Les établissements devraient envoyer prochainement les fiches à remplir. Toutefois, il peut être utile que la famille et le lycéen contactent le professeur principal pour voir comment ces nouveaux choix s’intègrent dans le projet d’orientation de l’élève.

Mon fils est en première et n’est pas à l’aise à l’oral. Nous comptions sur l’oral de français pour l’entraîner. Comment l’aider ?

Les conseils de Benoît Skouratko enseignant et chargé de mission au département éducation du Secrétariat général de l’Enseignement catholique

Certains élèves sont anxieux car ils ne se sentent pas préparer pour passer un oral, quel qu’il soit. Pour s’entraîner, plusieurs possibilités. Le lycéen a chez lui un parent, un grand frère ou une grande sœur à qui il présente un oral. Il peut aussi être motivant de faire cet exercice avec ses camarades en visioconférence. En duo ou à plusieurs pour entendre les autres prestations. Enfin, si l’élève est trop timide, il peut s’enregistrer et s’auto-évaluer. À celui qui joue le rôle de l’examinateur de dire si la lecture linéaire du texte était claire, ce qu’il n’a pas compris, si l’expression était confuse, avec trop de mots d’appui (genre, du coup, etc.). À noter, le site Eduscol de l’Éducation nationale propose les grilles d’évaluation des épreuves orales et écrites. 

A quelques semaines du bac, comment faire pour que le contrôle continu se termine bien ?

L’avis de Véronique Garczynska enseignante de SES, au lycée La Rochefoucauld, à Paris VIIe

Avec ma collègue de sciences économiques et sociales, nous avons demandé aux élèves de faire une vidéo qui éclaire un point qu’ils ont choisi dans l’actualité. Notre objectif est de mobiliser tout ce qu’ils ont appris au lycée et surtout qu’ils s’en rendent compte. C’est très important de valoriser les élèves et de leur montrer que les compétences acquises permettent de comprendre les problématiques qui se posent à tous aujourd’hui. En famille, les parents peuvent inviter leur enfant à ce challenge, chacun selon ses spécialités. Les scientifiques peuvent réfléchir à la crise sanitaire, les philosophes aux questions éthiques ou morales, les historiens à la comparaison avec d’autres pandémies, etc. Si l’élève a une passion, les parents peuvent aussi l’encourager à l’approfondir dans un portfolio, une vidéo, une illustration, un texte, etc.

Comment rattraper les heures de pratique professionnelle en lycée pro ?

L’avis de Denis Bernard directeur coordinateur de quatre lycées professionnels privés à Marseille

Pour les filières professionnelles du tertiaire, l’adaptation des cours à distance n’a pas posé globalement de problème. Elle s’est révélée plus complexe pour les bacs professionnels et CAP industriels. Mais les élèves ont quand même pu pour- suivre leur formation, grâce aux enseignants et à des partenariats avec des branches professionnelles et des industriels, qui ont mis des tutoriels à disposition des élèves. De manière générale, l’accent a été plus ou moins mis sur la théorie pendant le confinement, à défaut de pouvoir conduire un engin ou travailler sur machines. La situation est, par exemple, complexe pour les élèves qui doivent passer des permis de conduire poids lourd et rattraper des heures de conduite. À la reprise des cours, priorité sera donnée à ceux qui passent un examen cette année.

La rentrée de septembre se fera-t-elle sur les chapeaux de roues ?

L’avis de Florence Guyon directrice adjointe du lycée général et technologique Jean-Baptiste-de-La-Salle, à Saint-Denis

Une rentrée à marche forcée avec l’idée d’un rattrapage en règle serait une double peine pour les élèves, psychologiquement et moralement éprouvés par la situation. Tant pis si le programme n’est pas fini cette année. On avancera avec ce qu’on a fait. L’élève a dans sa poche (son smartphone !) plus de connaissances que tous les enseignants de son lycée n’en auront jamais. L’objectif du lycée est de former des adultes capables de réfléchir et de devenir des citoyens éclairés. Ce qui est important, ce sont les compétences. À la rentrée, nous axerons sur les compétences de base : argumentation, rédaction, lecture de consignes et de documents. Le mes- sage positif dans cette année compliquée, c’est que la communauté éducative sait faire en sorte que l’enfant grandisse et apprenne. Et c’est l’essentiel ! 

PROPOS RECUEILLIS PAR CLAIRE ALMÉRAS ET ISABELLE MARADAN

Ajouter un commentaire

Les réactions à cet article (0 commentaire)

    Soyez le premier à laisser un commentaire.

Voir plus de commentaires