Collège : bien se préparer au brevet

Obtenir le diplôme national du brevet (DNB) est loin d'être inaccessible. Encore faut-il savoir mettre à profit les dernières semaines qui restent pour réviser au mieux.

 

EVITER LE STRESS LE JOUR J

1 Faire son sac la veille en y mettant les bons outils : stylos, cartouches, crayon à papier, gomme, crayons de couleur, feutres, surligneur, calculatrice, règle, compas, équerre, rapporteur.

2 S’assurer avant de partir qu’on a pris sa convocation et ses papiers d’identité.

3 Garder une marge de sécurité en arrivant, le premier jour, une demi-heure avant le début des épreuves.

4 Gérer son temps, pendant les épreuves, en ayant sous les yeux une montre à aiguilles.

5 Prévoir une bouteille d’eau.

Utiliser les bons outils

Pour aborder sereinement ses révisions, votre enfant doit commencer par faire le tri des supports dont il dispose. Dans les différentes matières qu’il passera à l’écrit, ses cours sont-ils à jour ? Peut-être lui faudra-t-il consacrer un peu de temps à opérer un grand ménage dans ses classeurs, à numéroter les feuilles en les ras- semblant par chapitres. Au cas où il aurait du mal à s’y retrouver, qu’il n’oublie pas de consulter les tables des matières de ses manuels scolaires : elles l’aideront à retrouver le fil du programme.

Chercher un binôme

C’est stimulant et efficace. Lorsqu’on veut être clair pour quelqu’un, on s’efforce de l’être pour soi-même. On comprend ainsi toujours mieux en expliquant à autrui. On mémorise également davantage, tout en s’entraînant à structurer ses idées. Encore faut-il respecter certaines conditions. La première : bien choisir son partenaire. Votre enfant aura tout avantage à se rapprocher de quelqu’un qui travaille à peu près à son rythme. La deuxième : se fixer des objectifs clairs en délimitant très précisément le temps imparti à ce travail en groupe.

Ce qui attend votre enfant le jour J

Le contrôle final compte pour 400 points, soit 50 % de la note. Il y a quelques semaines, votre enfant a passé un oral (évalué sur 100 points) portant sur un projet mené en histoire des arts, dans le cadre d’un EPI (enseignement pratique interdisciplinaire) ou d’un parcours éducatif.

Les 27 et 28 juin, ce seront les épreuves écrites (comptant pour 300 points). Les candidats commenceront par le français (sur 100), avec deux parties d’une heure et demie chacune : des questions sur un texte et une image, un exercice de réécriture et une dictée, puis une rédaction. L’après-midi, pendant deux heures, ils se consacreront aux mathématiques (sur 100), avec des exercices, dont un d’informatique. Le lendemain, se dérouleront les deux dernières épreuves (chacune sur 50) : le matin, pendant deux heures, l’histoire-géographie-éducation morale et civique, et l’après-midi, pendant une heure, deux disciplines scientifiques tirées au sort (physique-chimie et/ou sciences de la vie et de la Terre et/ou technologie).

Bien comprendre les épreuves

Si, au cours de l’année, votre enfant a déjà passé des brevets blancs, il est au courant de ce qui lui sera demandé en français, maths, histoire-géographie-éducation morale et civique et sciences. Rien de tel, pourtant, que de se remémorer l’épreuve en consultant ses manuels où elle est, en général, décrite ou bien en consultant les annales qui regroupent les sujets des années passées avec des corrigés. Autre possibilité : se rendre sur le site Eduscol ou encore sur la plateforme FranceTV Education où des vidéos proposent une synthèse des types de questions possibles.

S'interdire les impasses

Impossible en histoire-géographie-éducation civique ou en sciences de répondre correctement aux questions si l’on n’a pas assimilé des connaissances. Pour ce qui est des mathématiques, comment s’en sortir si l’on ignore presque tout des formules et des propriétés ? Quant au français, il serait illusoire de faire confiance à sa seule imagination. Avoir de solides notions tant en grammaire qu’en conjugaison, orthographe ou vocabulaire est incontournable. D’où la nécessité de bien se replonger dans chacune des matières en cherchant, au départ, à repérer ce qui est acquis et ce qui ne l’est pas. 

S'entraîner

Tout au long de l’année, quelle que soit la discipline, votre enfant a eu à réaliser à la maison des exercices qui, ensuite, ont été corrigés en cours. C’est le moment pour lui d’essayer de les refaire, sans commettre l’erreur de croire que les relire peut suffire.

Autre possibilité : les applications à télécharger sur son smartphone comme Nomad Education, iTooch, DigiSchool, MobiBrevet, Kartable, SchoolMouv... proposant exercices, quiz, fiches de révision avec, parfois, des vidéos.

Tirer parti de ses erreurs

Conseillez à votre enfant de relire les annotations des professeurs sur ses copies. Qu’est-ce qui, en général, lui fait perdre des points ? Sa difficulté à comprendre les consignes ? Son manque de connaissances ? Son absence de méthode ? Une mauvaise formulation de ses réponses aux questions ? Ses étourderies parce qu’il ne pense jamais à se relire ? L’idéal serait que votre enfant cherche, matière par matière, à dresser une liste de ses défauts récurrents.

Lise DUPAS