Education à la sexualité : l’Apel répond éducation affective, relationnelle et sexuelle

Le ministre de l’Education nationale vient de publier une nouvelle circulaire concernant l’éducation sexuelle à l’école. Voici en 4 points l’analyse de l’Apel nationale.

1. Les parents sont les premiers éducateurs

Il est donc important qu’ils parlent eux-mêmes de la sexualité avec leurs enfants . Pour accompagner les familles, l’Apel a d’ailleurs publié en mars 2018 un livret (voir ci-dessous) intitulé  "Parents : parlons d’éducation affective, relationnelle et sexuelle à nos enfants "Mais il est souhaitable que les jeunes puissent  également trouver au sein des établissements catholiques des réponses adaptées.

2. L’éducation à la sexualité est inscrite dans le code de l’éducation depuis la loi du 4 juillet 2001*

Elle s’impose à tous les établissements scolaires. L’article L. 312-16 y est ainsi libellé : « Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène. Ces séances présentent une vision égalitaire des relations entre les femmes et les hommes. Elles contribuent à l'apprentissage du respect dû au corps humain. Elles peuvent associer les personnels contribuant à la mission de santé scolaire et des personnels des établissements mentionnés au premier alinéa de l'article L. 2212-4 du code de la santé publique ainsi que d'autres intervenants extérieurs conformément à l'article 9 du décret n° 85-924 du 30 août 1985 relatif aux établissements publics locaux d'enseignement. Des élèves formés par un organisme agréé par le ministère de la santé peuvent également y être associés. »
*(n° 2001-588 (articles L. 121-1 et L. 312-16)

 

3 . L’Apel est favorable à une éducation sexuelle à l’école sous certaines conditions

Comme le rappelle justement la circulaire qui vient d'être publiéeil est fondamental que les équipes éducatives veillent au respect des consciences et adaptent leurs enseignements à l’âge des enfants.

« L’éducation à la sexualité, qui se fonde sur les valeurs humanistes de tolérance, d’égalité et de liberté, de respect de soi et d'autrui, doit trouver sa place à l'école dans un esprit de discernement. (…)  Cette éducation vise à la connaissance de soi, de son corps et au respect d’autrui à l’école élémentaire, sans dimension sexuelle stricto sensu. Elle est complétée, à l’adolescence, par une compréhension de la sexualité et des comportements sexuels dans le respect de l’autre et de son corps. L’enfance et l’intimité sont pleinement respectées. » (Extrait circulaire septembre 2018).

4Pour l’Apel, l’éducation sexuelle prend tout son sens dans le cadre d’une éducation affective, relationnelle et sexuelle

L'Apel attend des établissements catholiques qu'une telle éducation soit mise en place avec l’aide de partenaires extérieurs choisis et en tenant informés les parents de la manière dont le sujet va être abordé.

 

Pour en savoir +

> Texte de la circulaire de septembre 2018

> Texte de la loi du 4 juillet 2001